Blog

Article

Faire face à l’isolement causé par les mesures sanitaires en vigueur durant la pandémie

Partout dans le monde, la pandémie de COVID-19 est depuis le début une source de confusion et de conflit. En suivant tous les conseils, certains se sont recentrés sur eux-mêmes et ont communiqué virtuellement avec d’autres personnes, mais bien des gens sont restés isolés.

Un diagnostic de démence peut en soi mener à l’isolement. Pour de nombreuses personnes atteintes de cette maladie, les règles de distanciation physique se sont traduites par une distanciation sociale, entraînant un isolement, une diminution des possibilités d’interactions sociales et le bouleversement de la routine. Ces facteurs contribuent à accélérer la progression de la démence.  

Devant cette réalité, la Société de la démence d’Ottawa et du comté de Renfrew a lancé à l’automne 2020 le programme Faire une connexion. Dans le cadre de ce programme, des bénévoles dûment formés sont jumelés à des personnes atteintes de démence avec lesquelles ils ont des échanges réguliers et personnalisés. Le programme présente des avantages pour tous : la personne atteinte se sent impliquée et noue des liens, tandis que le proche aidant bénéficie d’un répit essentiel. Les échanges peuvent avoir lieu au téléphone, en ligne ou même en personne, de façon sécuritaire, lorsque les mesures sanitaires le permettent. Ensemble, le bénévole et la personne atteinte de démence peuvent écouter de la musique, jouer à des jeux, faire des promenades, regarder un film et discuter : les possibilités sont infinies!

« Le bénévole jumelé à ma belle-mère est un véritable cadeau du ciel, pour ma belle-mère et pour toute la famille. Je ne répéterai jamais assez combien nous sommes reconnaissants de participer au programme », affirme Janet Saunders.

Jusqu’à maintenant, 232 personnes ont bénéficié du programme à Ottawa et dans le comté de Renfrew. Lancée avec le soutien et financée par une subvention de Centraide Est de l’Ontario et Fonds de soutien communautaire d’urgence du gouvernement du Canada, la Société de la démence a vu ses clients prospérer grâce à ces liens ; nous continuons à collecter et à investir des fonds pour que le programme puisse continuer.

Grâce au soutien supplémentaire de la Fondation Communautaire d’Ottawa, nous sommes maintenant en mesure de rendre visite aux gens en toute sécurité à leur domicile, lorsque les visites virtuelles ne fonctionnent pas pour eux. Ainsi, nous avons lancé en 2021 une initiative de prêt de tablettes électroniques et de soutien technologique afin d’éliminer les obstacles techniques à la communication. Au cours de la première année, nous avons prêté 30 tablettes électroniques connectées à Internet (appareils iPad ou Samsung) et 25 Amazon Echo Show, appareil à écran intelligent et à commandes vocales. Nous avons aussi offert une formation technologique à une trentaine de personnes à Ottawa et dans le comté de Renfrew.

Dave, qui est atteint de démence, a reçu une tablette électronique dans le cadre du programme. « J’utilise ma tablette pratiquement toute la journée, explique-t-il. Elle me facilite vraiment la vie et m’aide aussi sur le plan cognitif. J’ai été très impressionné par mon mentor. C’était formidable d’apprendre à jouer à une foule de jeux sur ma tablette. Les jeux m’ont vraiment aidé à traverser une période où je m’ennuyais et me sentais seul. »

Buzz, un autre bénéficiaire du programme, a emprunté un appareil Amazon Echo Show. Il affirme que la tablette l’aide à communiquer avec sa mère, dont il est le proche aidant principal. En outre, grâce à la fonction vidéo Drop in, il peut vérifier de façon sporadique si tout va bien chez elle. « L’appareil est très utile, précise Buzz. Par le passé, ma mère me téléphonait souvent pour me dire que son téléviseur ne fonctionnait plus. Mais depuis qu’elle a l’Echo, c’est formidable : je peux voir le téléviseur et lui expliquer sur quels boutons appuyer afin d’avoir accès aux chaînes qu’elle écoute habituellement. »

Le programme Faire une connexion repose en grande partie sur les bénévoles exceptionnels de la Société de la démence – 206 bénévoles s’y sont joints depuis son lancement. Grâce à cette équipe diversifiée, le programme est offert dans plus d’une dizaine de langues – français, anglais, mandarin, arabe, vietnamien, hébreu, russe, espagnol, hongrois, kurde, allemand, persan et néerlandais.

Et ce n’est pas tout! Les gens de tous les groupes d’âge peuvent devenir bénévoles dans le cadre du programme. Ils auront ainsi la possibilité de nouer des liens avec des collègues qui ont les mêmes valeurs qu’eux et la même volonté d’améliorer la vie de personnes atteintes de démence. N’est-ce pas merveilleux de pouvoir partager des histoires et des expériences tout en se rendant utile? Il vous suffit de présenter votre candidature si vous pouvez consacrer quelques heures par semaine à cette activité afin de faire rire les personnes touchées par la démence, de leur parler ou de faire ce que vous voulez pour ensoleiller leur journée… et la vôtre!

Related Posts

Article
La santé du cerveau et le bien-être sont-ils des indicateurs de l’égalité des genres? Au Canada, les femmes ont une espérance de vie de cinq ans[...]
Article
Did you know that one in five Canadians experiences caregiving for someone living with dementia? Numbers also suggest that one in five of those caregivers[...]
Article
The Covid-19 pandemic has been a time of confusion and conflict across the world. While some of us tried every recipe in the book and[...]
Article
Are brain health and wellness indicators of gender equality?  Canadian women live about five years longer than men. This fact has often been used to[...]
Article
Ottawa (Ontario)– En 2021, la Société de la démence d’Ottawa et du comté de Renfrew a reçu une subvention de 47 900 $ du Fonds[...]
Article
$47,900 OTF Grant Opens Window to Dementia Help Ottawa, ON – In 2021, the Dementia Society of Ottawa and Renfrew County received a $47,900 Resilient[...]